Corliande

Auto édition

Auto édition

26 février 2021

Corliande, une nouvelle édition ?

     Parallèlement à la sortie du livre de Baltos, je réfléchis à une nouvelle édition de Corliande. Il s'agirait de l'intégrale des trois livres en un seul volume. Les actuelles configurations de Lulu.com le permettent. Or j'ai toujours trouvé dommage d'avoir dû fractionner la trilogie, tant elle me paraissait faire un tout. La perception que peut en avoir un lecteur qui s'arrête au livre premier est faussée, car celui-ci est loin de refléter l'ensemble. Il y a un aspect évolutif très important dans ce récit, lequel voit grandir et murir ses deux personnages principaux, confrontés à des problématiques plus philosophiques à mesure qu'ils avancent. Je rêvais de pouvoir réunir les trois grandes étapes de leur épopée, et il semblerait que cela soit devenu possible. Dans un premier temps, je l'éditerai probablement en e-book, disponible sur mon blog, et sans doute aussi sur Fnac.com. Puis je m'attaquerai, le plus vite possible, à la version papier. Dans les deux cas, mon plus gros souci sera de produire une nouvelle couverture.

19 février 2021

De l'épopée aux simples contes

 

    Corliande était une longue, très longue histoire. Ce récit féerique nous contait l’odyssée de Baltos et Serylia, depuis leur petit village du sud vers le nord et la cité du mensonge.

    Après ce travail fastidieux, j’étais tenté par la rédaction de textes courts, en lien avec cet univers (d'autres, sans doute, auraient procédé à l'inverse). Il n’est pas indispensable d’avoir lu la trilogie pour les apprécier, mais certaines références peuvent échapper à un lecteur novice. La structure de l’ouvrage est assez linéaire. Là encore, nous partons du village, donc du sud, pour aller vers le nord. En chemin, nous rencontrons les nains et les sylphes des collines ; rejoignons les dieux animaux du Deis Paesina ; séjournons chez les automates serviteurs du temps ; traversons les plaines du centre ; prenons la mer vers l’archipel d’Opale ; explorons les froides régions du nord et, enfin, retrouvons une vieille connaissance, le conteur Gawein. Les huit recueils regroupent donc ces récits par zones géographiques. S’ils peuvent être abordés dans le désordre – pourquoi pas ? – il y a toutefois un fil conducteur qui les relie et certains s’enchaînent de façon logique. Cet ensemble de textes, qui ne sont pas tous des contes à proprement parler, fonctionne un peu à la manière des « Chroniques martiennes » de Ray Bradbury, ceci étant dit, bien sûr, en toute modestie. Je n’aurais pas l’outrecuidance de comparer mon « Livre de Baltos » à ce chef d’œuvre de la littérature de l’imaginaire.




7 février 2021

La première page

 

Qu’il me soit un jour permis de voler à la manière des anges du Deis Paesina, et de contempler du haut du ciel mon cher village. Je le verrais tel un bel objet rare, une miniature aux multiples reflets posée sur un moelleux coussin de velours émeraude. Lové au cœur de sa clairière, plongé dans une douce quiétude ou bouillonnant d’activités, il brille de mille nuances  vives et pétillantes, rehaussées par le fil d’argent du ruisseau. Prenant de l’altitude, je vois qu’autour de lui palpite la forêt de Corliande, elle-même entourée de quatre montagnes parmi les plus élevées des régions du sud. Au-delà de ces montagnes il y a la terre, vaste contrée de toutes les peurs et de tous les attraits, dont l’horizon lointain se dilue dans l’espace. Et plus loin encore, quelque part en un ailleurs indéterminé, que même ailé je ne saurais atteindre, il y a vous.

            Au terme de mes différents voyages, serrant contre moi mes carnets remplis de notes, de promesses de petites et de grandes histoires, avec le désir encore inavoué d’y mettre de l’ordre et de faire un livre du tout, c’est d’abord à vous que j’ai pensé. À vous que je ne connais pas, et ne connaîtrai sans doute jamais. À vous, lecteur sans visage, sans nom, sans passé et sans avenir de ce côté-ci du réel. Qui sait par quel chemin détourné vous tomberez un jour peut-être sur ces lignes ? Certes, cet ouvrage semble d’abord destiné à mes concitoyens, aux générations qui leur succéderont, mais aussi aux autres habitants du globe. Car mon identité, comme celle de ma compagne Serylia, est connue en bien des provinces. Partout l’on parle encore de ces deux adolescents qui, armés seulement de leur inexpérience et d’une toute petite larme de béryllien, réduisirent à néant la cité du mensonge. Nul doute que mes récits trouveront un écho parmi ceux qui naguère croisèrent notre route et peut-être aussi chez leurs descendants. Mais au fond je le sais bien, voyageur immo­bile, lecteur d’outre monde, lorsque j’écris ceci, c’est à vous que je m’adresse.

  ***

Ainsi commence Le livre de Baltos. La suite vous entraînera dans un voyage traversant le monde, du sud au nord, à la découverte des peuples rencontrés au cours de leur précédente épopée par mes deux héros corliandais. Ce monde, bien sûr, est un peu différent du nôtre, quoiqu'il lui ressemble en bien des aspects. Partez donc avec Baltos, à la poursuite de ces personnages, récits, contes et anecdotes. Le livre est en vente chez Lulu.com.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 janvier 2021

Le livre de Baltos est paru !

Le livre de Baltos est enfin disponible à la vente chez Lulu.com. Je vous rappelle qu'il contient huit recueils de contes, légendes, récits de voyages et chroniques, liés au monde créé dans ma trilogie Corliande. Il n'est pas absolument nécessaire d'avoir lu celle-ci pour aborder ce nouvel ouvrage, mais cela peut en faciliter l'appréciation, voire la compréhension. Je reviendrai sur les différentes parties au fil de l'eau. En attendant, vous pouvez visiter la page qui lui est consacrée, ici, et en lire quelques extraits. Bonne lecture !

 


Pour l'acheter sur Lulu.com, cliquer ici

9 janvier 2021

Retour en musique

    Un superbe cadeau d'anniversaire : Une belle banquette laquée noire, assise velours. Car oui, après au moins 25 ans de silence, je m'y suis enfin remise. Quand mon piano sera accordé, et qu'il aura perdu cet affreux son de vieille casserole, je compte bien faire des étincelles ! (on peut toujours rêver...)